Doublement des franchises médicales effectif pour tous les patients

Les boîtes de médicaments, les examens médicaux et les transports en ambulance sont désormais soumis à des coûts supplémentaires.
Partager cet article

Malgré la contestation des représentants du système de santé, le gouvernement a officiellement mis en place l’augmentation de cette participation financière qui pèse sur tous les assurés.

Depuis le 1er avril, les franchises médicales ont officiellement doublé. Cette participation financière, qui s’applique à tous les patients, se fait automatiquement par l’Assurance maladie par le biais de prélèvements sur les remboursements des usagers. La hausse est donc effective sur les boîtes de médicaments et sur les actes paramédicaux (infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, orthoptistes et pédicures-podologues). Dans les deux cas, la franchise est désormais de 1 euro, contre 50 centimes auparavant.

Prochaine échéance le 15 mai

Le doublement concerne également les transports sanitaires, comme ceux effectués en ambulance ou en taxi conventionné. Les usagers doivent désormais débourser 4 euros pour un trajet, contre 2 euros auparavant. La prochaine étape aura lieu le 15 mai prochain. A partir de cette date, les consultations médicales, ainsi que les examens et les analyses de biologie médicale seront ponctionnés à hauteur de 2 euros, alors qu’aujourd’hui cette somme est de 1 euro.

La double peine pour les malades

Si ces prélèvements restent plafonnés à 50 euros par an pour chaque assuré, les acteurs du système de santé ont âprement dénoncé cette augmentation. Soignants, patients, syndicats, mutuelles, tous se sont insurgés contre cette mesure qui pénalise les malades. « Pour eux, c’est la double peine. Les traitements leur sont prescrits parce qu’ils en ont besoin. Or ce prélèvement culpabilise les malades et complique encore leur accès aux soins par des coûts supplémentaires », confiait récemment Gérard Raymond, président de France Assos Santé. Pour le responsable de l’organisation de représentation des patients et des usagers, le principe même des franchises médicales « remet en cause le système de solidarité et de répartition qui fonde notre système de santé ».

Renoncement aux soins

Le doublement des franchises médicales vient s’ajouter à d’autres mesures gouvernementales qui alourdissent encore les dépenses de santé. A l’image de la baisse de la prise en charge des soins bucco-dentaires par la Sécurité sociale, effective depuis l’automne dernier. Le risque, pour les représentants associatifs, syndicalistes et mutualistes, est que les malades n’aient plus les moyens de se soigner. A ce sujet, un sondage du Secours populaire, publié en 2023, indique que près d’un Français sur deux rencontre des difficultés à payer les restes à charge de ses soins, et que plus d’un sur trois va donc renoncer à se soigner.

Capucine Bordet, mai 2024

À lire également

Particulier
Étudiant
Fonctionnaire
Indépendant
Entreprise
Entreprise
Garantie
Entreprise
Décryptage

Portail
adhérents

Accéder

Portail
professionnels de santé

Accéder 

Portail
Entreprises

Accéder