Les IST augmentent chez les jeunes

Partager cet article

Les infections sexuellement transmissibles (IST), qui se transmettent principalement lors de rapports sexuels non protégés, sont en très forte hausse, surtout chez les jeunes, selon les derniers chiffres de Santé publique France. D’où l’importance d’alerter sur l’importance de l’usage du préservatif.

Les IST les plus fréquentes sont le VIH/Sida, les hépatites B et C, l’herpès, la blennorragie gonococcique, les chlamydioses, la syphilis et les papillomavirus. Parmi elles, les infections à Chlamydia et au gonocoque sont particulièrement contagieuses. D’après Santé publique France (SPF), les infections à Chlamydia ont augmenté de 29 %, entre 2017 et 2019. Cette progression est plus marquée chez les femmes de 15 ans à 24 ans (+ 41 %) et chez les hommes de 15 ans à 29 ans (+ 45 %). Le nombre de diagnostics de gonococcie a quant à lui augmenté de 21 % sur la même période, surtout chez les hommes.

Le préservatif en perte de vitesse

Enfin, toujours selon SPF, 15 % des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2021 étaient âgées de moins de 25 ans. Et la part de cette classe d’âge ne baisse pas depuis 2017.
D’après les autorités sanitaires, cette situation serait due au fait que l’utilisation du préservatif baisse chez certains jeunes. Il est donc important de poursuivre les campagnes de prévention – l’usage du préservatif reste le seul moyen de se protéger des IST – et de dépistage. Pour l’hépatite B et l’infection à papillomavirus, un vaccin existe. La vaccination est le moyen de prévention le plus efficace pour ces deux maladies.

Les signes d’alerte

En cas de brûlures en urinant, de pertes vaginales, de boutons ou de verrues au niveau de la région des organes sexuels ou même sur l’ensemble du corps, d’ulcérations et de démangeaisons, n’hésitez pas à vous faire dépister, chez votre médecin traitant, votre gynécologue, votre dermatologue ou dans un centre de diagnostic et de traitement des IST (anonyme et gratuit). Depuis le 1er janvier 2023, le dépistage de toutes les IST est gratuit et sans ordonnance dans tous les laboratoires jusqu’à 26 ans. C’était déjà le cas pour le dépistage du VIH depuis le 1er janvier 2022.
Certaines IST se repèrent après un examen médical, d’autres grâce à une prise de sang ou une analyse d’urine. Mais attention, ces infections sont souvent silencieuses, sans symptômes visibles. Si elles ne sont pas traitées à temps, les complications peuvent être irréversibles : douleurs chroniques, fragilisation des muqueuses, voire stérilité.

Préservatif gratuit : comment ça marche ?

Depuis le 1er janvier 2023, le préservatif masculin est gratuit en pharmacie pour les jeunes, garçons ou filles, âgés de moins de 26 ans. Deux marques sont disponibles : « Eden » et « Sortez couverts ». Avant la délivrance, anonyme et gratuite (aucun courrier ne sera transmis par l’Assurance maladie), le pharmacien demande la date de naissance du jeune. S’il est âgé de plus de 18 ans, il devra lui présenter sa carte Vitale en échange d’une boite de 12 ou 24 préservatifs, selon la marque. Si le jeune est mineur, le pharmacien lui délivre la boite de préservatifs sans demander la carte Vitale. Les plus de 16 ans peuvent présenter leur carte Vitale s’ils le souhaitent, sans obligation.

par Marilyn Périoli – Janvier 2023

À lire également

Particulare
Étudiant
Funziunariu
Travagliadore indipendente
Décryptage
Salute
Sport
Particulare
Funziunariu
Travagliadore indipendente
Impresa
Prevenzione
Salute

Purtale
aderenti

Accessu

Purtale
prufissiunali di salute

Accessu 

Purtale
Imprese

Accessu